Unecatef_logo

Cindy Buffart

52f4a44549fb91df1165d947d0b49af4

L'arbitrage, Une passion avant tout

 

Baignant dans le monde du football depuis l’enfance, j’ai commencé à jouer au football dès l’âge de cinq ans, au sein d’un équipe masculine jusqu’à l’âge autorisé puis j’ai ensuite rejoint une équipe féminine évoluant au niveau régional, puis en national 1B, la D2 actuelle. En 2001, je choisis la voie de l’arbitrage, le football féminin n’étant alors qu’aux prémices de son développement. En 2008, je deviens arbitre fédéral féminin, pouvant ainsi diriger des rencontres de D1 féminine, et arbitre assistante internationale en 2010.
Arbitre officiel de football depuis l’âge de 17 ans, j’ai donc la particularité d’avoir été joueuse et arbitre pendant quatre saisons. Jai donc pu constater l’évolution du football féminin depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, j’ai à cœur d’être au service du jeu et d’assurer la protection des joueuses, missions essentielles de l’arbitre à mes yeux.
Fière d’être un élément de la treizième équipe du Championnat de D1 Féminine, je peux vous assurer que chacune d’entre nous est consciente de diriger l’un des championnats les plus relevés d’Europe.
Preuve en est la présence de deux équipes françaises dans le dernier carré de la Ligue des Champions féminine.
Nous sommes conscientes des attentes vis-à-vis du corps arbitral, pour lequel le niveau physique et tactique doit s’approcher de celui des équipes.
Nous savons aussi qu’il n’y a que dans le dictionnaire que l’on peut trouver le mot « Réussite » avant le mot « Travail ». Dès lors, afin de répondre aux exigences des éducateurs quant au niveau d’arbitrage en D1 Féminine, nous avons notamment entrepris, sous l’égide de la Direction Technique de l’Arbitrage, un travail de préparation athlétique. Ainsi, nous avons pu bénéficier des tests médicaux ordinairement réservés aux arbitres de l’élite masculine et ce, afin d’optimiser le travail de préparation physique nécessaire à notre fonction d’arbitre.
Ne perdez pas de vue que l’arbitrage ne reste qu’une passion pour chacune d’entre nous, passion que nous concilions avec nos vies professionnelle et familiale.
N’oublions pas que le football ne reste qu’un jeu et continuons à prendre  plaisir chaque week-end, en ne perdant pas de vue les valeurs, que sont la tolérance et le respect envers l’arbitre et les adversaires. La porte de mon vestiaire restera toujours ouverte aux éducateurs, soucieux d’engager un dialogue pour nous permettre d’avancer dans notre délicate mission qu’est l’arbitrage
Retour
Retour en haut