Unecatef_logo

Francis Collado

4f3a437f6b929e65305d9274a2474785

Pour un Football Plus Solidaire

Vingt-cinq ans en charge de diverses responsables dans le monde professionnel, tant  en club que dans les instances et les commissions et un sentiment aujourd’hui de dégradation lente des valeurs de solidarité essentielles liées à la mission qui nous est confiée :

·         Des relations FFF/LFP tendues,
·         Des présidents en opposition avec le management de la ligue,
·         Des présidents répartis en clan au gré des intérêts de chacun
·         Des gros clubs qui souhaitent la disparition des petits pour une meilleure répartition des droits, et qui ne rêvent que d’une ligue fermée
·         Une UCPF qui peine à faire la cohésion sans y parvenir
·         La mise en place d’outils (projet Delta et Licence Club) dont certains souhaitent profondément qu’ils soient discriminatoires
·         Une image des joueurs dégradée due en partie au décalage d’attitude et de moyens par rapport aux souffrances de la vie quotidienne
Bref un manque de solidarité évident, souvent masqué par une hypocrisie latente.
Il est temps aujourd’hui de prendre conscience de cette situation ; certes les clubs sont à ce jour des entreprises où les actionnaires sont des entrepreneurs et ont besoins de défendre leurs intérêts financiers, personne ne le nie, mais cela ne doit pas être incompatible avec la mission que nous avons avec l’ensemble du football et tout particulièrement le football amateur dont nous sommes la locomotive. Certes nous avons besoin de Monaco et Paris avec leur budget faramineux et cohorte de stars étrangères, mais tous, de Paris à Clermont-Ferrand ou Guingamp, nous devons avoir un socle de valeurs communes.
Cette mission que nous avons tous, c’est de se souvenir, en permanence, que le football a aussi et surtout un rôle social immense, tout particulièrement dans les difficultés de la vie actuelle, que nous devons être irréprochables vis-à-vis de tous ces éducateurs, d’entraîneurs, de dirigeants bénévoles qui œuvrent tous les  dimanches.
Donc, Messieurs, tous ceux qui font l’intelligentsia du monde professionnel, il est temps de penser que l’intérêts collectif est une exigence qui nous est imposée, qu’il y aura toujours des grands (attention cela varie souvent), des petits  clubs, des stades neufs, des stades de province et que c’est cela qui fait la grandeur de notre sport et le rêve de nos millions de licenciés.
  

 

Retour
Retour en haut