Unecatef_logo

Gervais Martel

B74b2f6e715643417d22ffa4d6f0d9a5

 L'arbitre au cœur du jeu ! 

Les comportements intolérants et violents doivent être bannis de la vie de tous les jours. Et plus que jamais dans le sport qui doit véhiculer aujourd'hui, encore plus qu'hier, un rôle éducatif, ludique et social. Des règles de bonne conduite sont donc nécessaires à la pratique d'un sport collectif dans le respect du bien être de tous. Afin de faire d'un terrain de sport, un lieu de plaisir, de rencontre et d'amitié.

Le responsable du respect des règles ou des lois, c'est l'arbitre. L'homme en noir -comme on disait auparavant- est l'un des principaux acteurs du terrain. Il est aussi l'un des garants d'une pratique sportive intègre, équitable et respectueuse. Le rôle de l'arbitre est indispensable à la vie sportive mais aussi difficile à assumer au regard des enjeux d'aujourd'hui. Sans arbitre, le football ne serait qu'une illusion. Et nul ne peut participer à une discipline s'il n'en connait ni pratique, ni règles. 

Respecter les règles, respecter l'arbitre, respecter l'adversaire, cela revient à se respecter soi-même. C'est être maître de soi-même, et en toutes circonstances. Etre loyal et tolérant dans son activité sportive ou dans celle développée par son équipe.

Au plus haut niveau, la pression vient de partout : des joueurs, des entraîneurs, des supporters, des journalistes et surtout de l'événement. Et comment reprocher à un à un directeur de jeu qui vient de faire un sprint de 40 mètres de ne pas voir une action litigieuse que les commentateurs et supporters vont analyser tranquillement image par image ? On met bien trop de pression sur les arbitres; la vidéo les soulagerait dans certaines circonstances (but litigieux par exemple). En attendant, c'est l'intelligence qui doit faire la différence. L'arbitre doit de plus en plus savoir lire le jeu, interpréter les gestes et mouvements, devenir un véritable partenaire des vingt-deux acteurs. Avec pour mission de favoriser le beau jeu, de protéger les créateurs, de sanctionner les agresseurs, les tricheurs et les simulateurs. Tout ceci n'est pas simple. Mais avec l'expérience, les arbitres apprennent à se concentrer sur la seule chose qui compte: le match. Un match de haut niveau c'est une pression terrible. En un quart de seconde, le sort d'une saison peut se jouer.

Comme en 2008, contre le PSG en finale de la coupe de la Ligue au stade de France... L'arbitre siffle un penalty litigieux en fin de match, qui nous coûte la prolongation et peut-être la victoire. Ca me reste en travers de la gorge; j'en ai parlé avec lui. Il reste convaincu de sa décision alors que pour moi, il n'y avait pas faute. Mais finalement, ça sert à quoi de râler ? C'est bien connu, les Français sont champions du monde de la contestation. Je suis sûr que le football se porterait mieux avec moins de cinéma et plus de tenue sur et hors du terrain.En conclusion, et pour reprendre l'affiche du film "Les arbitres", courageux, sifflés, engagés, contestés, passionnés, jugés, les arbitres resteront toujours au cœur du jeu. Et c'est tant mieux !

 

Retour
Retour en haut