Unecatef_logo

Guy STEPHAN

13c78f9532ab185e52ceff2a121a1643

Le Fidel Adjoint
 

Même si tous les grands clubs raisonnent, aujourd’hui, en terme de staff technique, le rôle de l’adjoint – des adjoints… – est un emploi encore assez méconnu du grand public. Et pourtant, quel que soit le sport, il est primordial à la réussite de toute grande entreprise.

 A travers les années, la fonction d’adjoint a évolué sur le modèle du sport professionnel américain, même si le football reste encore plus « généraliste » que les autres activités collectives. S’il existe, depuis un petit moment déjà, des coaches spécialisés dans la préparation physique ou l’entraînement des gardiens de but, chez nous, on ne trouve pas – ou très rarement – des responsables techniques travaillant uniquement avec les attaquants, les milieux ou les défenseurs, comme c’est le cas au rugby, notamment. L’évolution nous y mènera certainement demain…

 Aujourd’hui, l’adjoint est un entraîneur bis dans toute l’acception du terme, et j’en veux pour preuve les dix-huit mois passés à travailler avec Didier Deschamps, à Marseille, ponctués par les trois trophées remportés par le club (Coupe de la Ligue, Championnat de France, Trophée des champions). J’échange de façon permanente avec le coach principal, même si toutes les décisions, en dernier ressort, appartiennent à Didier. Le dialogue est, avec la fidélité, à la base de la réussite de notre binôme, auquel il convient d’ajouter Nicolas Dehon (entraîneur des gardiens) et Antonio Pintus (préparateur physique), bien évidemment.

 Dialoguer, cela veut dire aussi que Didier et moi ne sommes pas toujours d’accord sur tel ou tel sujet, que nous avançons nos arguments, que nous les défendons. Cela se passe dans l’intimité de notre vestiaire car, au dehors, devant les joueurs et, a fortiori, devant la presse et le grand public, il est obligatoire que nous parlions d’une seule voix.

 Il est évident, donc, que le dialogue doit être constructif et que chacun soit convaincu, à l’arrivée, que la décision prise est la meilleure possible pour l’équipe. Pour prendre toute la place qui lui revient, pour optimiser son travail et participer pleinement à la réussite sportive de l’équipe, l’adjoint doit donc être en confiance et croire à ce qu’il fait, même si les choix, parfois, lui sont imposés.

 Il est loin le temps où l’adjoint ne servait qu’à porter les ballons, qu’à distribuer les chasubles ou à délimiter les aires de jeu avec des plots. C’est aujourd’hui un rouage essentiel. C’est, en tous les cas, le rôle qui est le mien à côté de Didier.

Guy STEPHAN 

 

Retour
Retour en haut