Unecatef_logo

Jean Michel Larqué "Le choix de la proximité"

C2324d2def144526f73e3ead36bdf14e

Hasard, coïncidence, moment favorable, alignement des planètes, peut-être rien de tout cela, si ce n’est un concours de circonstance, qui m’a mené à la Présidence d’un District de Football. Celui des Pyrénées Atlantiques.
Pour être confronté dès le lendemain de cette élection à l’analyse de dysfonctionnement dont le moindre me fut de constater que mon prédécesseur avait mis en sommeil les fonds Sastre du Mondial 98 sur un compte bancaire que l‘on va qualifier gentiment de « parallèle ».

Pour aussi, rapidement constater, que dans les très très fréquentes réunions départementales, régionales ou fédérales, si de nombreux sujets sont abordés, évoqués, survolés ou solutionnés, la pratique du football et sa progression, et son évolution sont réduites à la portion congrue. Animé de louables interventions, il m’avait été demandé de réfléchir à une réforme des championnats de jeunes de la Ligue d’Aquitaine. Car feux ci, toutes catégories confondues, rassemblant la bagatelle de cent soixante dis équipes avec toutes les strates possibles et inimaginables : U13, U14, U15….et à l’appui des scores fleuves qui en disent long sur l’homogénéité des compétitions proposées.

Une mission, pouvant menée en totale collaboration avec l’ETR et qui s’est terminée aussi vite qu’elle n’avait commencé face aux réticences d’un président de commission. Alors, et sans regret, avec le Comité de Direction du District, tous nos efforts ne sont portés sur nos clubs, nos licenciés, avec en retour de grandes et belles satisfactions. Celle de voir, que nos effectifs, grâce au concours de nos deux champions du Monde locaux, Didier Deschamps et Bixente Lizarazu, ont résisté mieux qu’ailleurs à une image écornée de notre sport. Celle de constater qu’avec dix sections sportives (huit de 1er cycle et deux de 2ème cycle) les Pyrénées Atlantique ne jouent pas qu’avec un ballon ovale. Celle de se réjouir, qu’avec trois cent cinq formations d’éducateurs la saison dernière, là encore nous faisons en Aquitaine, la course en tête. Celle d’apprécier la joie et le bonheur des « ados » issus du sport adapté de participer au But de la Fraternité » Celle de créer et d’accompagner des clubs dans des régions rurales reculées ou dans un quartier dit sensible. Celle de pouvoir redistribuer aux clubs, sous la forme de bons d’achat, et ce depuis plusieurs saisons, le résultat financier de notre association.

Et pourquoi pas d’ajouter –l’espoir que suscite le football féminin, d’attendre avec impatience la soirée des Bénévoles ou celle des capitaines, ou encore de « couver » nos cinq « service civique » qui apportent la bonne pratique dans les clubs qui ont adhéré au PEF…

Vous l’aurez compris, dans le rôle qui m’est dévolu, de gré ou de force, j’ai fait le choix de la proximité, tout en restant attentif aux orientations régionales et nationales.
 

Retour
Retour en haut