Unecatef_logo

NAVIGATION
113

Archives L'entraînant n°19

 J’ai le plaisir de vous présenter un « Entraînant très éclectique » où chaque ouvrage présenté reflète une thématique particulière. Ainsi je vous invite à naviguer de la préparation physique à la for- mation, en transitant par le « travail psychologique, la communication avec un zeste inattendu de « tactique ». Bonne lecture.

Philippe Le Roux

Ouvrages proposés : Préparation Physique, Aubert (F) Blancon (T),  Du Sportif au Champion, la Quête de Soi, Huguet (S) , Les Mots sont des fenêtres, Rosenberg (M.B.)So Foot, Best Of Tactique N°15



AUBERT (F), BLANCON (T), Préparation Physique, Ed. EPS 2014

En charge de la préparation physique à la DTN (Equipe de France A), Féminine, Formation des Educateurs (trices), Fred Aubert nous propose, en compagnie de Thierry Blancon, un bien bel ouvrage interpellant cette thématique. Il serait beaucoup trop long de rappeler l’impressionnant CV de chaque auteur, gage à lui seul de capacités de compétences, précisons tout de même : Frédéric Aubert, professeur agrégé d’EPS, diplômé de l’INSEP, 3ème degré d’athlétisme, enseignant, formateur à l’INSEP, fut successivement préparateur physique des Equipes de France de Rugby et de Basket, avant son arrivée aux côtés de Philippe Bergeroo chez les Bleues.
Cet ouvrage, édité par EPS, synonyme de qualité, se présente sans une reproduction remarquable, illustré par de nombreuses photographies réalisées par les auteurs eux-mêmes, donc en symbiose avec les textes correspondants, de lecture aisée, non pollué par des expressions par trop énigmatiques.

Il suffit d’ailleurs de consulter le sommaire pour s’imprégner de l’atmosphère de ce recueil, à finalité pratique, didactique et pédagogique. Le livre est structuré autour de trois sections : les bases de la préparation physique, les situations d’apprentissage, la planification.
La 1ère section traite et analyse, à travers six chapitres, le concept et les méthodes de préparation physique, les qualités physiques du sportif, les caractéristiques des publics ainsi que l’échauffement. La 2ème section, les situations d’apprentissage, la plus conséquente, m’a le plus séduit, de par ses aspects structurels et fonctionnels. Elle est organisée autour de cinq parties, correspondant chacune à une qualité athlétique (même si je sais par expérience, qu’il est déconseillé par Fred Aubert d’utiliser ce vocable), de la force à l’adresse via la vitesse, l’endurance et la souplesse.

Chaque qualité est subdivisée systématiquement en quatre étapes, puis chaque étape propose trois ou quatre situations d’entraînement, chaque situation prescrivant alors objectifs, consignes de réalisation, critères de réussite ; ce qui offre ainsi une quantité appréciable d’exercices à disposition des entraîneurs(es). Notons que chaque partie se termine par une évaluation de la qualité physique incriminée, ceci à travers trois tests fonctionnels. La 3ème section comporte deux chapitres : l’un consacré à la « planification », l’autre « à la gestion de la fatigue et aux processus de récupération ». Je pense qu’il ne serait pas trop réducteur, de commenter la richesse de tel ou tel chapitre, je me permettrai seulement d’émettre quelques réserves quant à la définition de la « planification », présentée dans cet ouvrage, comme je cite : « ce qui nous guide d’un bout à l’autre de la saison...». Personnellement, je persiste à penser que cette notion de planification doit être réservée à l’organisation d’un plan pluri annuel, périodisant et organisant l’enseignement du football, en transversal, de l’éveil pour transiter jusqu’à la formation. Quoi qu’il en soit, surpris par la nouveauté de cette présentation, intrigué par l’utilisation de cet ouvrage qui pourrait en être faite par un(e) entraîneur(se), j’ai soumis ce livre parmi d’autres à la sagacité des entraîneurs(ses), stagiaires lors de travaux de groupes pendant des stages de formation (BMF, BEF). Force est de constater que cet ouvrage fut le plus consulté et le plus utilisé dans la construction de séances d’entraînement, concernant un cycle de trois semaines d’une programmation annuelle.

 Aussi, je pense que cet ouvrage n’a pas sa place dans une bibliothèque, mais, au contraire, doit être, en permanence, à portée de l’éducateur(trice), à » sa main ».

Haut de page


  

 
HUGUET (S) Du Sportif au Champion, la Quête de Soi !, Ed. Amphora, 2014  



En formation d’éducateurs (trices), j’ai pris l’habitude de taquiner les entraîneurs(es), stagiaires, en les questionnant sur le sens de notion, souvent utilisée indifféremment : ainsi, il en va de « complexe/compliqué, contexte/ environnement, situation-problème/ situation problématique, planification/ programmation »,... sans oublier, bien évidemment, de prolonger cet échange en se référant à des transferts, des applications pratiques sur le terrain de l’entraînement et de compétition. Ainsi, régulièrement, je propose à la réflexion deux vocables « la préparation psychologique / la préparation mentale », démarche particulièrement intrigante car sous-entendant une doubleinterrogation :
 
Ces deux notions peuvent elles être confondues ou au contraire possèdent-elles des significations différentes ?
 
Pourrait il exister entre elles une certaine complémentarité, avec en projection, leurs utilisations, notamment en les intégrant dans le cursus de formation du jeune footballeur et en insistant plus particulièrement sur les étapes de préformation et de formation ?
 
Sophie Huguet, docteur en STAPS,iplômée en psychologie, présentant ainsi, à mon sens, le véritable profil du « psy du sport », car tout à la fois, spécialiste dans cette discipline des sciences humaines et imprégnée par une culture voire une pratique sportive, travaille actuellement avec des sportifs(ves) de haut niveau au Maroc. A travers cet ouvrage, elle délivre à notre attention une éclairante distinction entre le « travail psychologique », refusant le terme de préparation et la « préparation mentale ». Le « travail psychologique » concentre ses buts et objectifs sur la construction de l’identité humaine et si nécessaire, permet de lever quelques blocages enfouis au plus profond de l’intime du joueur, alors que la « préparation mentale », quant à elle, est liée à l’obtention de la performance, à l’amélioration de la réussite, principalement dans le cadre du match, de la compétition...
 
A l’analyse de ces deux notions, il est aisé de penser que le travail psychologique se développera dans le long terme, prendra toute son importance au niveau des 13 à 16 ans, permettant de développer les capacités cognitives, d’attention, de mémorisation... Puis quand la logique de compétition se précisera, devenant de plus en plus pressante, la « préparation mentale », ses méthodes, ses outils révèleront alors toutes leurs valeurs, leurs puissances fonctionnelles... C’est donc sur les fondements d’un travail psychologique où l’adolescent aura appris à se (re)connaître, à se faire confiance, que se positionnera, dans la continuité d’un processus de développement de l’ensemble des potentialités d’un jeune, la préparation mentale. Sophie Huguet nous soumet un livre de lecture aisée, sans concepts psychologiques mystérieux, et si certains sont évoqués, alors ils seront retraduits en étude de cas, décrivant et étudiant des situations vécues par l’autre. Notons qu’à la fin de chaque chapitre, voire d’un paragraphe sont proposées à l’attention du (de la) sportif(ve), quelques questions à thème, dont les formateurs(trices) pourraient s’emparer et utiliser : « le projet – l’estime de soi – la confiance en soi... »

Enfin, pour clore les critiques de cet ouvrage plaisant, enrichissant, nous citerons le témoignage de Nasser Larguet, Directeur de l’Académie Royale Mohamed VI au Maroc : « le psychologue du sport, c’est quelqu’un qui va me donner les clés qui me permettront d’ajuster mon travail avec le joueur... »

 

Haut de page

 

ROSENBERG (M.B), Les Mots sont des Fenêtres, Ed. La Découverte, 2005


Assistant à une causerie de M. Milton, fondateur « d’Education 4 Peace » et l’ayant questionné sur ce que je pensais être des emprunts aux incontournables principes de la pédagogie proposée par C. Rogers (L’empathie – la congruence...), M. Milton me conseille la lecture de l’ouvrage ci-après présenté.

Au titre expressif, enrichi d’un sous-titre non moins signifiant, « ou bien ce sont des murs... », Marshall B. Rosenberg, pédagogue, psychothérapeute, médiateur de par le monde, dans de nombreux conflits, et ils sont légion, nous propose un ouvrage traitant des communications non violentes.

L’ayant d’abord consulté, puis la lecture avançant, j’ai été de plus en plus intéressé. Aussi, sans vouloir infliger à quiconque des leçons de morale, je pense, que non seulement ce livre pourrait être fermement conseillé à ces
« supposés éducateurs, que l’on rencontre couramment sur les bords de terrain, vociférant, gesticulant, mais aussi proposé à la réflexion des formateurs(trices), spécialistes de l’oralité, des échanges avec les jeunes. Il est vrai, que dans le monde d’égoïsme, de mise en compétition permanente, envahi par une violence sourde reflétant une insécurité permanente, la démarche proposée surprend et peut apparaître dérisoire, au point d’être  éconsidérée et délaissée rapidement. Et pourtant quand, sereinement, en analysant nos pratiques rofessionnelles d’entraîneur(euse), plaçant notre pédagogie de l’information avec nos modes de transmission, force est de constater que très souvent notre communication se révèle pas trop directive, camouflant un moyen détourné, voire démagogique, pour imposer nos opinions, provoquant de la part de notre interlocuteur(trice) au mieux silence, voire frustration...

Cet ouvrage, de lecture aisée (rien d’ésotérique !) parsemé à la fin de chaque chapitre d’observations cliniques, d’exercices permettant d’évaluer nos capacités de communication, nous apprend : - à manifester une compréhension respectueuse à tout message reçu, - à dire ce que nous désirons sanssusciter d'hostilité, - à communiquer en utilisant ce pouvoir guérisseur de l'empathie.

Bien évidemment, pour parvenir à un tel degré de compréhension, de soi et de l'autre, il nous faut, et c'est peut-être là un des grands enseignements de cet ouvrage, posséder une grande force intérieure et avoir travaillé longuement cette forme de "plénitude".

 Haut de page

SO FOOT, BEST OF TACTIQUE, HS, N°15, 2015  

 

La guerre, quelle que soit sa forme, armée, larvée, froide, psychologique, signe la plus horrible des cicatrices défigurant nos civilisations.
Ce postulat posé, certaines comparaisons, bien que relatées avec une grande prudence, écrites du bout de ma plume, peuvent être effectuées avec les sports collectifs, notamment le football, ne serait-ce que, parce que chaque adversaire s’efforce de battre l’autre au risque d’être lui- même abattu, ne serait-ce également que par l’emploi commun de certaines notions, telles la stratégie, la tactique... Un détour par la littérature nous apprend que deux ouvrages, principalement, ont traité de ces thématiques :

- Celui d’un Chinois, Sun Tzu, qui, il y a vingt siècles a rédigé le premier traité de « l’Art de la Guerre ».
- L’autre, au XVIIIème écrit par Clausewitz et intitulé « de la guerre ».

Bien longtemps après cette escapade théorique, introduisant différents thèmes, SO FOOT nous présente un N° hors série, consacré au « Best of Tactiques ».
En format 21x27, sur environ 160 pages, sont relatées, décrites, analysées un certain nombre de notions relatives à la stratégie, au jeu–football, structurées autour de huit parties, traitant de sujets différents (le tableau noir, l’avant match, jouer juste) alimentées par une série d’articles. Mais ce qui pourrait s’apparenter à de l’anecdotique,
presque à du fait sportif journalistique, prend toute sa pertinence quand ces entretiens interviews, mettant en scène de grands noms de l’entraînement, sont commentés, soit par eux-mêmes, soit par d’autres grands noms de l’entraînement ; ainsi je présume que chacun(e) pourra trouver matière à réflexions, s’autoévaluer, à interroger la pertinence de ses objectifs.

Pour entériner ces propositions, il me suffira de citer le titre d’articles : L’envie d’Aimé Jacquet et la passion de l’écriture. La révolution Sacchi, commentée par Christian Gourcuff. La tactique, racontée par José Mourinho, Christian Gourcuff, Guy Roux, Reynald Denoueix.

Le langage du corps, décrypté par Guy Lacombe et Didier Deschamps...

 Haut de page

 

Retour en haut