6e1705109667b76d2d40c56fd8ec7785

Julien Chevalier (ASEC Mimosas Côte d’Ivoire) : « Nous voilà champion de Côte d’Ivoire ! »

 Nous l’avions rencontré en mai 2020, période où le football était à l’arrêt et dans l’incertitude. 15 mois plus tard, Julien Chevalier a finalement remporté un nouveau titre de champion de Côte d’Ivoire avec l’ASEC Mimosas, au terme d’une saison plutôt inédite mais qui restera longtemps dans la mémoire du technicien. Interview.

 Julien, que s’est-il passé pour vous depuis la dernière fois que nous avions eu de vos nouvelles ? 

Des bonnes choses, au final. Nous étions en pleine crise sanitaire, déçus et dans l’incertitude quant à la fin de saison. L’arrêt temporaire de l’exercice 2019/2020 au soir de la 20ème journée nous privait finalement d’une lutte pour le titre de champion puisque nous étions à 1 point du second et 4 du leader et d’une participation à une coupe africaine. Un an plus tard, nous voilà champion de Côte d’Ivoire. Un objectif « naturel » atteint pour un club 27 fois titrés mais qu’il fallait retrouver depuis mon arrivée, après seulement 2 titres lors des 10 dernières saisons.

Comment se porte votre club de l’ASEC Mimosas ?

Nous avons retrouvé le sourire, après une année très compliquée. Avec une reprise le 1er septembre 2020, nous avons dû attendre le 26 mars 2021 pour débuter le championnat. Heureusement, le club est bien structuré, ambitieux et dirigé par un président de grande valeur et très expérimenté. Il a beaucoup œuvré dans les moments difficiles pour que le club puisse maintenir ses exigences et ses ambitions. Malgré les difficultés économiques et les départs nécessaires à la stabilité du club, on a réussi à reconstruire un effectif qui s’est uni dans la difficulté pour relever le défi.

À titre plus personnel, comment avez-vous vécu ces 18 derniers mois ?

Animé par les objectifs à atteindre. Ce fut long pour maintenir les gars motivés pour la préparation d’une compétition incertaine. L’année fut particulière entre attente et interrogations. Avec le COVID, les élections fédérales perturbées par des soucis de régularité, les élections présidentielles et son lot d’instabilités, il a fallu attendre l’intervention de la FIFA et la mise en place d’un comité de normalisation pour redonner de l’espoir. Ce fut interminable de se préparer sans vision à court et moyen terme mais, grâce à l’état d’esprit fantastique de ce groupe, nous avons su répondre présents à chaque moment important et remporter ce titre.

« La lutte fut acharnée »

Comment les avez-vous mis à profit niveau foot ?

Il a fallu d’abord digérer la frustration puis se pencher sur le recrutement et préparer la nouvelle saison, sans connaître sa date de début. Nous avons tout de même réussi à disputer quelques tournois « amicaux » dont notamment un remporté face à l’éternel rival de l’Africa Sport d’Abidjan. Idem au mois de décembre où certains ont jugé judicieux d’organiser une compétition entre les clubs professionnels plutôt que de nous laisser passer les fêtes en famille. Encore une fois, les joueurs ont joué le jeu en glanant un nouveau trophée, ce qui a permis d’entretenir leur motivation et de valider le travail au quotidien.

Une préparation longue mais qui a finalement plus que porté ses fruits.

La récompense finale fut à la hauteur de notre volonté et de notre engagement. Dans une formule « intense », en jouant tous les 3 jours durant 3 mois pour rattraper le retard, avec deux poules relevées et un final four en matchs aller-retour sur 20 jours, la lutte fut acharnée. La détermination et la solidarité des joueurs face à la difficulté et sa capacité à résister à la pression nous ont permis de faire la différence et de remporter ce titre tant attendu de champion de Côte d’Ivoire.

Que peut-on vous souhaiter pour les mois à venir ?

Le football est un éternel recommencement. Ce titre offre un joli marqueur pour fêter les 10 ans de mon arrivée ici. Durant cette aventure, nous avons sorti beaucoup de jeunes joueurs, partis en Europe et les plus jeunes générations ont participé activement à l’obtention de ce titre. Dès la semaine qui a suivi ce sacre, nous avons commencé la préparation de la saison à venir afin de bien figurer sur le plan continental et de défendre notre statut de champion, avec nos moyens limités. J’aimerais continuer d’écrire l’histoire de ce club.

Partager l'article
Partager l'article